Questions sur l'ours - COHABITATION

COHABITATION
COHABITATION
Aller au contenu

Questions sur l'ours

La vie des Ours

Ours dans les Pyrénées : Le trombinoscope
Ce trombinoscope présente les ours vivant actuellement dans les Pyrénées, classés par ordre décroissant d’âge (des plus jeunes, nés en 2021, au plus âgé, né en 1996).

<< Pour voir, Cliquez sur l'image
Sur les 70 ours recensés en 2022, on estime qu'une quinzaine d'ours sont reproducteurs. Des animaux qui sont donc répartis en deux populations distinctes, l'une dans le centre des Pyrénées, l'autre dans l'ouest de la chaîne.
La population n'est pas encore viable. On estime qu'il faut une cinquantaine d'individus reproducteurs avec une bonne diversité génétique pour qu'une population d'ours soit viable. Aujourd'hui nous n'avons ni l'un ni l'autre.
Où sont les ours ?
Avec malheureusement ce peu d’effectif, c’est 70 ours répartis sur 10400 km2 soit 1 ours sur 148 km2. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin !
L’aire de répartition totale est estimée à environ 6500 km², soit une diminution de 1700 km² par rapport à 2020 et 3900 km² par rapport à 2019. Elle s’étend sur 235 km d’est en ouest ; du sud-ouest du département de l’Aude en France au nord-est de la Navarre en Espagne. Cette forte diminution de l’aire de répartition par rapport à 2019 et 2020 est principalement liée au fait que plus aucun ours n’était équipé de GPS en 2021 et particulièrement l’ours Goiat qui, a lui seul, avait par exemple fait augmenter l’aire de répartition en 2019 d’environ 2 000 km² par rapport à 2018.
L’ours brun a pour habitat naturel les grandes forêts dans les montagnes en basse et moyenne altitude. Dans les Pyrénées, son habitat préféré est composé de forêts de hêtres, sapins, pins, de pelouses humides, de prairies de fauche, et lisières riches en baies. L’ours ne recherche pas forcément les forêts les plus hautes et difficiles d’accès, mais celles qui sont les plus calmes et les plus riches en ressources alimentaires.
Hiver et Naissances
L'ours brun a toujours été présent dans les Pyrénées, françaises et espagnoles. Depuis les réintroductions d'individus slovènes à partir des années 90 la présence du prédateur est critiquée par certains éleveurs ovins qui accusent l'animal de mettre en péril leurs exploitations. Quelques chiffres pour essayer de comprendre ce phénomène.
Utilisation de l´espace en hiver

L´ours fréquente les forêts de basse altitude ou de moyenne altitude, proches de sa tanière.
Décembre : forêts de basse altitude entre le fond de vallée et 1400 m, proches de sa zone d´hivernage.
Janvier à début mars : Très peu d´indices, milieu forestier de basse altitude (700 à 1200 m), au cours de redoux exceptionnels au cœur de l´hiver. Quelques données ponctuelles d´alimentation en janvier correspondent à des années où il y a eu une récolte abondante de glands. Si le faible enneigement le permet, il y a des individus qui ne s´endorment que courant janvier. Nous avons noté, comme d´autres auteurs pyrénéens, des sorties hivernales exceptionnelles provoquées par une montée anormale des températures.

Le sommeil hivernal

Contrairement aux vrais hibernants comme la marmotte, l´ours peut être réveillé.
La température de l´ours ne s´abaisse que de 4 à 7 ° alors que chez les vrais hibernants elle s´abaisse jusqu´à la température ambiante.
L´ours réduit son rythme cardiaque et consomme moins d´oxygène.
Il ne s´alimente pas, n´urine pas, ne défèque pas. Un bouchon fécal obture son intestin.
L´ours brun vit sur ses réserves de graisse et perd donc du poids au cours de l´hiver mais pas la totalité de ce qu´il a emmagasiné. Il doit s´en servir au début du printemps où ses dépenses énergétiques sont importantes (déplacements, nourriture peu abondante, rut).
Au réveil, plusieurs semaines sont nécessaires pour que l´organisme de l´ours récupère son fonctionnement normal.
Il vaut mieux parler de sommeil hivernal que d´hibernation en ce qui concerne l´ours brun. En effet, il s´agit d´un repos pendant la mauvaise saison afin de pallier le manque de nourriture en réduisant ses besoins énergétiques.
Début du repos hivernal

Dans les Pyrénées, la date du début du sommeil hivernal varie en fonction des conditions climatiques et de l´abondance de la nourriture. Les froids intenses et les fortes chutes de neige semblent être les facteurs déclenchants déterminants.
L´ours profite d´une forte chute de neige pour regagner sa tanière (sa " tute " dans les Pyrénées) afin de s´éclipser discrètement.
Selon les chercheurs américains Craighead F.C. et J.J., il semblerait que les ours bruns s´endorment dans l´ordre suivant : les femelles pleines, les femelles suitées, puis les individus solitaires et les vieux mâles.
Il nous est arrivé, comme à d´autres naturalistes pyrénéens d´observer des indices d´activité d´ours dans la première quinzaine de janvier, au cours de débuts d´hivers cléments, sans neige, avec des récoltes de glands ou de faînes abondantes.

Fin du repos hivernal

La durée du sommeil hivernal est variable chez l´ours brun, de 1 à 7 mois selon les contrées, la rigueur de l´hiver, et la disponibilité de fruits secs conservés sous la neige depuis l´automne antérieur.
Dans les Pyrénées, l´ours dort en général de la mi-décembre à la mi-avril. Nous avons noté des fins du repos hivernal de fin mars à début mai.
Nous avons pu remarquer aussi des sorties de courte durée au cœur de l´hiver, à l´occasion d´un redoux exceptionnel courant, surtout en février ou début mars. Une montée brutale des températures courant mars avec une fonte des neiges précoce a entraîné la sortie d´ours qui se sont ensuite éclipsés lors du retour de grandes chutes de neige d´avril à début mai.
La tanière ou la tute

Il existe plusieurs types de tanières : le terrier, la cavité creusée sous la roche, la caverne situées entre 1100 m et 1750 m.
Ces tanières ont toutes des caractéristiques communes : les dimensions restreintes de l´abri (pour qu´une fois obturé par la neige, la température du corps de l´animal se maintienne vu que le volume à réchauffer est restreint) la tranquillité du site difficile d´accès.
A l´intérieur de sa " tute " l´ours s´enroule sur une litière plus ou moins épaisse et isolante, à l´abri de l´humidité. L´entrée est recouverte par la neige, elle est parfois dissimulée par des branchages. Le manteau confère à l´intérieur de la tanière un microclimat comme dans un igloo. La température y est constante et plus élevée qu´à l´extérieur. C´est la fonte du bouchon neigeux qui va provoquer une montée de la température à l´intérieur et réveiller l´ours.
L´exposition est variable. Les femelles gestantes semblent utiliser surtout des tanières situées dans des cavernes naturelles sur des facettes chaudes de l´étage montagnard. Les individus solitaires occuperaient plutôt des terriers creusés sur des versants nord des étages montagnard et subalpin. Les ours choisissent de s’installer dans les chênaies, des hêtraies, des sapinières et dans la ceinture arbustive à sorbiers, dans des milieux peu modifiés par l´homme.
AINSI S’ECOULE LA VIE D’UNE OURSE DANS LES PYRENEES
C’est le début du printemps, l’ourse sort d’hivernation et son premier repas c’est ce qui lui passe sous la patte. Peu avant l’été, c’est la rencontre avec le beau mâle de passage. Puis l’hiver s’installe et il faut rejoindre la tanière. Et le miracle de la vie s’est opéré… 2 oursons font leur apparition. Ça se passe dans les montagnes pyrénéennes et c’est ainsi que s’écoule la vie de cet animal fascinant, mythe et symbole de nos montagnes.
Durant la saison froide, les ours se reposent et ne mangent rien durant des périodes allant jusqu'à 3 mois.
La pause hivernale, ou hivernation de l'ours, ne doit pas être confondu avec l'hibernation profonde des petits mammifères, comme celle des hérissons ou des marmottes.
Bien que leur rythme cardiaque ralentisse drastiquement, ils restent sur leurs gardes pour parer à l'attaque de tout ennemi potentiel.
Et hors période d'hivernation....
de quoi se nourrit l'ours ?
>>>>>
Résumé des conditions physiologiques rencontrées chez l´ours brun hivernant
(d´après CRAIGHAD 1972, FOLK et al. 1976, HOCK 1960)
Source : Encyclopédie des carnivores de France / l´ours) par J. M. PARDE et J.J. CAMARRA / SFEPM 1992.
Fonction respiratoire : consommation d´oxygène réduite de moitié
Rythme cardiaque : 8 battements par minute (en activité 40 à 50)
Fonction digestive ; totalement bloquée, bouchon anal, intestin gonflé d´air
Température minimale atteinte : 32°, légèrement abaissée (37° en activité)
Masse de graisse stockées : 40 % du poids printanier de l´animal
Métabolisme des graisses : taux de cholestérol élevé
Circulation sanguine : restreinte et sélective pour le maintien de fonctions essentielles
Excrétion : urée produite recyclée pour la synthèse des protéines
Métabolisme énergétique : maintenu et facilité par la fonction isolante des tissus adipeux, la position " en boule " de l´animal et la constitution d´un matelas végétal sur le sol de sa tanière. Ce dernier comportement paraît essentiellement réservé aux tanières de mise-bas (CRAIGHEAD 1972, CAMARRA 1987)

L´hiver et la naissance des oursons

Les oursons naissent en plein hiver dans le gîte de leur mère. Ils pèsent environ 350 grammes. Leur petite taille permet que la mère les allaite dans la tanière pendant 3-4 mois, sur ses réserves de graisse. Elle dispose de 3 paires de mamelles. Comme ils naissent sans poils, c´est leur mère qui les réchauffe. La famille sort de la tanière généralement en mai dans les Pyrénées. On a cependant des données dès fin avril.
La femelle porte tous les 3 ou 5 ans jusqu´à la fin de sa vie. Le nombre d´oursons varie de 1 à 3 selon les populations.
Les femelles les mieux nourries, se reproduiraient plus jeunes et plus souvent.
Si l´on estime l´espérance de vie à 20 ans pour une femelle dans la nature, elle aura environ 6 portées de 1 à 2 oursons. Au cours de leur première année de vie les oursons sont très vulnérables. Ils peuvent être victimes de maladies, du froid, de la malnutrition. Un ourson sur deux n´atteint pas l´âge adulte.
Dans les Pyrénées, la date du début du sommeil hivernal varie en fonction des conditions climatiques et de l´abondance de la nourriture. Les froids intenses et les fortes chutes de neige semblent être les facteurs déclenchants déterminants.
L´ours profite d´une forte chute de neige pour regagner sa tanière afin de s´éclipser discrètement.
Dans les Pyrénées, l´ours dort en général de la mi-décembre à la mi-avril. Il a été remarqué aussi des sorties de courte durée au cœur de l´hiver, à l´occasion d´un redoux exceptionnel courant, surtout en février ou début mars. Une montée brutale des températures courant mars avec une fonte des neiges précoce a entraîné la sortie d´ours qui se sont ensuite éclipsés lors du retour de grandes chutes de neige d´avril à début mai.
Les oursons naissent en plein hiver dans le gîte de leur mère. Ils pèsent environ 350 grammes. Leur petite taille permet que la mère les allaite dans la tanière pendant 3-4 mois, sur ses réserves de graisse. La famille sort de la tanière généralement en mai dans les Pyrénées. On a cependant des données dès fin avril.
PERIODE DE REPRODUCTION
L'ours brun mâle vit en solitaire sur de vastes étendues qui recoupent le territoire de femelles lui appartenant et qu'il ne rencontre que pour la copulation. Souvent absent de ce territoire, il ne lui est donc pas toujours possible d'en défendre l'accès, laissant une chance à d'éventuels rivaux. L'infanticide intervient quand le mâle se rend compte de son infortune par plusieurs indices : la persistance de l'odeur du concurrent, l'évaluation de la période de chaleur de la femelle et le physique de l'ourson. Car un ours est capable de déterminer si un petit est de lui ou pas en détectant des différences faciales et corporelles, comme la couleur du pelage.
Les ours mâles ont des tendances infanticides, ce comportement a un impact négatif sur la croissance de la population. Les ours mâles pratiquent l’infanticide pour que les femelles redeviennent disponibles à l’accouplement. Une fois les oursons tués cela déclenche l’œstrus, une période durant laquelle la femelle est de nouveau fécondable. Ainsi, au lieu d’avoir à attendre entre 18 et 30 mois, c’est-à-dire la période durant laquelle les soins maternels sont pratiqués, les mâles peuvent s’accoupler avec la femelle au bout de seulement quelques jours.



La nature est parfois cruelle !
Ici dans ma page Facebook (post du 6 juin 2022), vous trouverez une vidéo d’un combat violent d’un mâle affrontant une femelle avec un ourson.
https://www.facebook.com/Cohabitation-Pierre-Mailhes-113063777930850/
 
Est-ce que les ours sont dangereux ?
L'ours brun n'est pas plus dangereux qu'un autre animal sauvage.
Statistiquement, vous avez plus de chance d'avoir un problème avec un sanglier ou avec un cerf.
Que faire en cas de rencontre avec un ours ? Voici quelques cas de rencontres, mais vous remarquerez que jamais l’ours brun n’attaque l’homme. Mais d’une façon générale, si vous êtes à courte distance, aidez-le à vous identifier…
Comment reconnaître des empreintes d'animaux

Comment s'y retrouver ?

Comment interpréter les empreintes ou les laissées (excréments) des animaux qui parcourent nos régions.

  • Si vous cherchez les empreintes d'un animal que vous connaissez, utilisez l'index. (123 espèces)
  • Si vous ne savez pas le nom de l'animal, utilisez le tableau des mammifères ou celui des oiseaux.

POUR TOUT SAVOIR Cliquez ici

COHABITER pour retrouver l'authenticité de cette montagne vivante
Retourner au contenu